Vous êtes ici

Vallée du Careï-collines de Castillon (FR9301567)

La démarche

Le site Natura 2000 FR9301567 "Vallée du Careï-collines de Castillon" a été désigné le 2 juin 2010 comme ZSC au titre de la Directive « Habitats » (92/43/CEE) et le 7 novembre 2013 en tant que site d'intérêt communautaire (SIC). Le DOCOB a été approuvé par le comité de pilotage du site qui s'est tenu le 5 juin 2014. Le site est entré dans sa phase d'animation depuis le 1er janvier 2015.

Le site, ses richesses, ses activités

Vue sur le Cap Martin depuis le site Vallée du Careï-collines de CastillonLe site "Vallée du Carei-collines de Castillon" occupe un territoire qui s’étend de la commune de Peille à l’Ouest à la frontière italienne à l’Est et de la commune de Sospel au Nord à la frange urbaine littorale au Sud. La principale particularité est son positionnement entre mer et montagne, le point le plus septentrional étant situé à seulement 1 km de la méditerranée alors que l’altitude s’élève déjà à 500 m. La vallée du Careï abrite le principal cours d’eau du site. De part et d’autre, les sommets s’élèvent rapidement pour dépasser les 1000 m.

Le site Natura 2000 Vallée du Carei-collines de Castillon est situé au cœur d’un territoire à forte biodiversité où la forêt est largement prépondérante. Parmi les peuplements on peut citer la yeuseraie à frêne à fleurs spécifique aux Alpes-Maritimes et les forêts alluviales importantes pour leur rôle de corridor. Les habitats rocheux sont également bien représentés. Très riches en espèces végétales endémiques grâce à leur rôle de refuge pour la flore, ils constituent un enjeu majeur du site. Notons également la présence d’un habitat de fourrés très rare en France et de tufs calcaires, relictuels dans le domaine méditerranéen.

Nivéole de NiceLe Phyllodactyle d'Europe (dont les seules stations continentales françaises connues sont situées sur le littoral des Alpes-Maritimes entre Nice et la frontière italienne), la Nivéole de Nice, endémique du littoral des Alpes maritimes franco-italiennes et la Noctuelle des Peucédans espèce très rare et localisée à l’échelle de la France sont les espèces les plus remarquables du site. (Renvoi vers la page biodiversité) A signaler également la présence de l’anguille européenne en danger critique d’extinction.

L’activité humaine sur le site est assez développée. La pression urbaine se manifeste autour des centres urbains surtout sur la frange Sud, mais également en périphérie par un phénomène de mitage. Le tourisme est très développé sur les parties les plus accessibles du territoire favorisant ainsi la pratique de sports divers : randonnée (pédestre et équestre), VTT, activités motorisées, spéléologie, escalade… On y retrouve également de l’agriculture, souvent familiale orientée vers la qualité avec comme fer de lance l’oléiculture et le pastoralisme avec une dizaine d’éleveurs répartis sur les principaux massifs. Les forêts sont le support de nombreuses activités telles que la chasse, le pâturage, le ramassage des champignons et les activités sportives. Sur le site, environ la moitié des forêts communales sont gérées en production.